30.06.2021
  • DEINOVE intensifie sa collaboration avec l’Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM) et le Laboratoire de Mesures Physiques (LMP) de l’Université de Montpellier pour accélérer la découverte et l'identification de nouvelles molécules antimicrobiennes.

  • ATB-Discover vise à développer des approches analytiques innovantes basées sur l’utilisation de la Spectrométrie de Masse Ultra Haute Résolution.

  • Le fonds européen de développement régional (FEDER) et la région Occitanie ont accordé respectivement 560k€ et 430k€ au projet ATB-Discover sur une période de 30 mois.

DEINOVE (Euronext Growth Paris : ALDEI), société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l'exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, annonce sa collaboration avec l’Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM) et le Laboratoire de Mesures Physiques (LMP) de l’Université de Montpellier pour le co-développement de nouvelles approches analytiques basées sur l’utilisation de la Spectrométrie de Masse Ultra Haute Résolution, sur une durée de 30 mois. Ce projet bénéficie d’un financement de 990k€ du fonds européen de développement régional (FEDER) et de la Région Occitanie.

Le projet de recherche partenariale ATB-Discover a été retenu dans le cadre de l’appel à projets « Plateformes Régionales de Recherche et d’Innovation » (PRRI), en lien avec la stratégie régionale d’innovation « Thérapies innovantes et ciblées ».

ATB-Discover vise à compléter et renforcer les capacités analytiques propres de DEINOVE. Ce projet s’inscrit en totale synergie avec la stratégie industrielle de DEINOVE de développement de nouveaux antimicrobiens, qui a été soutenue récemment par deux autres comités d’experts indépendants (cf. communiqués France Relance[1] et Programme Prioritaire de Recherche « Antibiorésistance »[2]).

ATB-Discover participe également à la politique territoriale en fédérant une communauté scientifique, institutionnelle et économique concernée par les défis sociétaux de MUSE « Montpellier Université d’Excellence : Nourrir / Soigner / Protéger »[3]. Ce projet innovant de recherche collaborative repose sur un large éventail de techniques et d’expertises en chimie analytique, et plus particulièrement en spectrométrie de masse, disponibles à l’Institut des Biomolécules Max Mousseron[4] et au Laboratoire de Mesures Physiques[5].

ATB-Discover accélérera chez DEINOVE les travaux d’identification de molécules antimicrobiennes actives dans des extraits bactériens :

  • Meilleure détection des molécules d’intérêt grâce à une sensibilité accrue lors de l’analyse ;
  • Détermination de la formule brute de chaque molécule d’intérêt permise par la précision extrême de l’Ultra Haute Résolution ;
  • Détermination rapide des structures de molécules inconnues à l’aide d’une suite logicielle dédiée.

« ATB-Discover renforcera nos interactions avec les scientifiques de l’Université de Montpellier, hautement qualifiés et reconnus à l’international. Il permettra de développer et de mettre en œuvre des stratégies innovantes sur une technologie de pointe et de dernière génération. L’identification de la molécule responsable de l’activité antimicrobienne dans un milieu pouvant contenir plusieurs milliers de molécules, est certainement l’une des étapes les plus complexes du processus. Nul doute que ce projet permettra d’accroître nos capacités de découverte de molécules actives et de servir notre objectif prioritaire : apporter de nouvelles thérapies aux patients. », explique Georges GAUDRIAULT, Directeur scientifique de DEINOVE.

 « Nous sommes heureux de pouvoir compter sur le soutien de l’Union Européenne et de la Région Occitanie dans la mise en place du projet ATB-Discover. Ce financement est essentiel à un moment où le monde est plus que jamais tributaire des sociétés de biotechnologies pour trouver de nouveaux traitements contre des bactéries multirésistantes aux antibiotiques », ajoute Alexis RIDEAU, Directeur Général de DEINOVE.

« Le projet ATB-Discover pérennise une collaboration scientifique de longue date avec la société DEINOVE. Le soutien de la Région Occitanie et de l’Union Européenne a été décisif pour financer les ressources humaines et matérielles nécessaires à l’avancement rapide de recherches aussi ambitieuses. L’acquisition d’un équipement de très haute technologie constitue un investissement durable pour développer et promouvoir à l’Université de Montpellier une chimie au service de l’homme et de son environnement», indique Christine ENJALBAL, Professeure à l’Institut des Biomolécules Max Mousseron et Directrice du Laboratoire de Mesures Physiques de l’Université de Montpellier.

 

[1] https://urlz.fr/fZOk  

[2] https://urlz.fr/fZOl

[3] https://muse.edu.umontpellier.fr

[4] https://ibmm.umontpellier.fr

[5] https://lmp.edu.umontpellier.fr